Recherche : #1993

  •  - Par 
  •  - Par Anonyme

    A l'époque j'étais très jeune, je devais être tout juste en primaire.

    Fils de prof d'informatique, je suis pratiquement né avec un clavier entre les mains. J'étais donc assez habitué à passer du temps sur l'ordinateur sous DOS et sous Windows 3.11.

    Pourtant, lorsque mon père est rentré de son lieu de travail et m'a annoncé fièrement qu'il venait d'aller sur le site d'une banque aux états unis avec mon grand père, j'ai eu beaucoup de mal à comprendre de quoi il pouvait bien parler...

    Aujourd'hui, j'en ai fais mon métier (comme beaucoup qui ont découvert ça jeune, j'imagine).

  •  - Par Anonyme

    Pour mémoire, l''histoire de l'Internet français en deux parties par Benjamin Rassat
    http://www.youtube.com/watch?v=Hj7KoLITX0k
    http://www.youtube.com/watch?v=7AzOPqJdcIM

  •  - Par Anonyme

    Le document qui a mis officiellement le World Wide Web au domaine publique le 30 AVRIL 1993...

  •  - Par Anonyme

    1993. Quelques mois avant la fin de mes études, mon IUT d’informatique se connecte enfin à Renater. Avec la petite poignée de geeks qui préfèrent les écrans aux sorties étudiantes, nous découvrons Archie, un moteur de recherche de codes sources hébergés sur des serveurs FTP. Nous commençons à télécharger Internet. On télécharge des archives sans savoir ce qu’elles contiennent, on se bat avec les Makefile pour les compiler sur la saveur d’UNIX de notre fac, on lance les programmes et on découvre Gopher, une sorte d’Archie graphique, qui permet de visualiser directement le contenu de certains fichiers et de se promener de serveur en serveur en cliquant sur des liens. Mosaic, un client pour le World Wide Web, qui à l’époque semblait se limiter au site du CERN. Usenet, et les groupes où on télécharge des compilations de blagues sur les éléphants, les hamsters… Les chats n’avaient pas encore pris le pouvoir à l’époque. Et IRC, qui à cette époque me semble bien moins convivial que les salons du Minitel où je passais mes nuits à papoter.

    1997. Je m’inscris en cours du soir au CNAM, uniquement pour accéder à Internet depuis les salles au sous-sol du Conservatoire des Arts et Métiers. J’y passe quelques heures chaque samedi, étoffe ma culture musicale et cinématographique en parcourant les newsgroups et imprimant sur les grosses imprimantes à listing des compilations d’articles.

    1999. Nerim lance de l’ADSL grand public. J’ai enfin vraiment Internet chez moi, je découvre les sites du Mini-Rézo, crée ma première page perso sur Multimania puis Altern. Je me met au développement d’un site pour un copain, puis d’un autre… L’époque est à l’utopie, le Net n’est déjà plus un petit paradis fréquenté uniquement par quelques explorateurs, mais il y souffle un grand vent de liberté et de créativité. Quelque chose de nouveau se construit ici, tout est à inventer. Et tout s’invente. J’assiste de loin à la création d’un des premiers logiciels qui a permis à tout le monde de créer un site sans rien connaître en informatique, SPIP. Je découvre le projet Mozilla. Je me politise à mesure que les politiques viennent fourrer leur gros nez dans mon jardin à coup de lois stupides, LOPSI, LCEN…

    2013. Je suis développeur Web, investi dans Mozilla, accroc aux flux RSS, à Twitter, IRC et je me prend un gros coup de vieux en découvrant sur 3615 Internet les gueules d’anciens combattants de toutes ces figures mythiques de l’âge d’or des 90’s. C’est à peine si à l’époque je les ai croisés au détour d’une manif pour Altern, autour d’un verre lorsque s’inventait la relève des hébergeurs libres ou se créaient d’éphémères associations de défense des libertés en ligne.

    Et je vous suis extrêmement reconnaissant pour cette occasion d’écrire une contre-histoire. Parce que les valeurs qui animaient les dinosaures sur NNTP, les combats de cette petite poignée de geeks centre les premières tentatives de museler le réseau, la richesse des fanzines du Mini-Rézo, tout cela n’a que 15 ans mais est déjà très largement oublié. C’est pourtant de là que l’on vient, cela qui a façonné le réseau que l’on connait aujourd’hui. Merci d’éviter que notre histoire sombre dans l’oubli.

  • On confond souvent Internet (le « réseau des réseaux ») avec le Web : le second est compris dans le premier. Internet, c’est tout un tas de choses différentes :
    la navigation sur le Web ;
    les e-mails ;
    la VoIP (Skype)...

    Internet c’est le réseau, le Web n’est qu’un usage de ce réseau, apparu ultérieurement. Il n’y a pas de date de création d’Internet. Personne n’a jamais appuyé sur un bouton pour un lancement en fanfare. C’est un patchwork d’innovations disparates, qui se sont peu à peu assemblées pour former Internet, puis le Web. On pourrait citer les mots de Vinton Cerf et Robert Kahn (les inventeurs du protocole TCP/IP) :

    « Aucune personne, ni même un petit groupe d’individus n’a réellement inventé Internet. C’est le résultats de nombreuses années de collaborations entre des universitaires et des personnes du gouvernement. »

  • Le "Musée de l’informatique et de la société Numérique", lancé en 2012, est "un site collaboratif et participatif"...

    Vous êtes en effet invités à y faire part de vos propositions et contributions pour rêver, imaginer et construire la « maison des muses numériques », la « cité des humanités numériques » ou le « musinfo » (sic), en mode : "Participez en rejoignant le projet. À vos claviers…"

    Problème : au-delà des actes du colloque « Vers un Musée de l’Informatique et de la Société Numérique en France« (https://project.inria.fr/minf/colloqueactes/), je n'ai pas trouvé de formulaire ni d'espace censé nous permettre d'y contribuer...

    En attendant l'"Under construction", comme on l'indiquait, dans les 90's... l'initiative, et les actes du colloque et ds séminaires, méritent d'être creuser.

  •  - Par Anonyme

    20 ans d’Internet, 20 ans d’histoire…enfin de ‘petites histoires’…
    Fin 1993 , DEC a été invite a l’Atelier, Cellule de veille technologique de BNP Paribas, par Jean-Michel Billaut pour installer Internet pour un débat avec des journalistes spécialisés dans l’informatique. On installe une station de travail, un routeur (DECnis), une ligne RNIS (vers notre intranet avec une connexion 2MG sur Internet a Palo Alto, CA. Le top par rapport a une VT100 et un modem vers un ISP… ) et on leurs montre comment surfer le web… Y’avait pas grand-chose de vraiment flashy a l’époque, La Nasa, les emails, quelques ‘forums’… Je me rappelle encore comment certains de ces journalistes n’avaient rien compris et comparaient Internet au Minitel et qu’Internet n’avait pas d’avenir en France car on avait le Minitel. De vrais visionnaires !!
    Après je suis partie bosser dans la Silicon Valley en 96’ et Internet était PARTOUT… déjà… et j’avais du mal à convaincre mes amis Français que la révolution numérique était en marche. Ils me traitaient de mytho Californien. J’ai travaillé et rencontré des légendes d’Internet et des réseaux, vu des startup passer de quelques employés a plusieurs milliers et milliards de $!
    En 99’ je reviens pour développer Internet, et les réseaux , en Afrique. J’ai dessiné le réseau Internet du Mali, du Togo, du Gabon, de l’Éthiopie…fait les premiers tests ADSL au Sénégal, a Maurice…
    Beaucoup de souvenirs autour d’Internet, de sa petite histoire !
    Maintenant je passe peut être pour un vieux auprès des ‘jeun’s’ mais ce qui est sûr c’est que j’ai toujours quelques coups d’avance sur eux sur Internet ;-)

  •  - Par Anonyme

    Premier ordinateur à la maison, premiers chargements de page internet avec le déroulement des bips du modem qui se connectait ! Aujourd'hui, on ne supporterait plus cet affichage progressif de la page qui se chargeait et ce délai qui paraissait si court...
    Le plus drôle, la consigne du papa informaticien qui coatchait ses filles "si un message d'erreur apparait que vous ne comprenez pas, vous laisser l'ordi. en l'état". Donc si un message du type "voulez-vous mettre à jour.... ?" apparaissait à 9h00 du matin, personne n'osait cliquer et toucher à "la bête" pour le reste de la journée....

  •  - Par Anonyme

    1993 - Première année de DUT et premiers pas sur internet à l'IUT.
    Mosaic (navigateur), Gopher, WAIS, Netscape 4 (navigateur), Northernlight.com (moteur de recherche), altavista.com et les newsgroups alt.binaries ;-)
    Un pan du web, obsolète, disparu ou avalé depuis...
    C'était il y a 20 ans, le grand public allait apprendre à connaitre les CD-ROM 50 heures de connexion gratuit d'AOL !
    On parlait déjà de manuel expliquant comment faire des bombes, de sites sur la suprématie d'une race sur une autre ou d'images explicites avec des enfants. Mais c'était le web roots, (quasiment) sans pub, sans réseaux sociaux (même si IRC ou les newsgroups créaient implicitement des communautés), sans lolcats et déjà une mine d'informations incroyable.
    Avant c'était mieux... peut-être... peut-être pas...

  •  - Par Anonyme  via rue89

    J'ai découvert internet en 1993. J'étais jeune thésard, dans un labo de sciences sociales, et c'est un chercheur en paléontologie qui m'avait montré les possibilités du truc, autre que l'email. J'ai téléchargé un mosaïc sur le seul post du labo qui était équipé d'un modem 14,4k. Très vite, j'ai voulu convaincre mes collègues de l'intérêt de la chose, et j'ai poussé pour équiper le labo. En 1994, j'ai fait acheter des centaines de mètres de cable ethernet, un routeur, des prises RJ45, et j'ai pris le parti d'installer moi-même le réseau dans tous les bureaux du labo. Je m'étais connecté sur un sous-réseau, un ancêtre du peer-to-peer, les réseaux Hotline. Dans des serveurs distants, à Toulouse, à Bordeaux, à Paris, des ingénieurs déposaient des modes d'emploi, des tutoriels, et répondaient aux questions via un chat. J'ai appris à configurer physiquement le réseau, à flasher les modems et optimiser les serveurs, puis, plus tard, à hacker des matériels. Ce partage du savoir me fascinait. Au-delà du partage, l'idée de mettre en ligne les modes d'emplois des matériels, des cours de programmation, des tutoriels, ouvrait des perspectives incroyables pour le jeune chercheur que j'étais. Internet était à la fois un lieu de conservation d'une mémoire, et de transmission de savoir. Ce n'était que le début. Personne ne pensait encore à dévoyer ces possibilités de partage. Qu'un gros porc puisse aujourd'hui devenir millionnaire avec mégamachin me débecte, pour tout dire.
    Il n'y avait pas de pédonazis, personne dans le monde politique ne s'intéressait à ce truc fumeux d'internet, les hiérarchies scientifiques françaises n'y comprenaient rien.
    Bref; c'était le bonheur.

Chargement...