Recherche : #1997

  •  - Par 
  •  - Par Anonyme

    Une nuit passée dans la salle informatique de l'école, je venais de comprendre qu'il était possible de discuter en direct avec une canadienne ; irc, la e-drague de l'époque. Je me suis dit qu'un jour on verrait même des vidéos en direct...
    Un copain qui revient avec 2 disquettes pour un titre de musique ; Napster, l'accès à la musique gratuitement. Illégalement ? Je me suis dit, un jour ce sera un film entier...
    Un document qui montre comment souder une puce électronique dans la Playstation afin de lire des disques étrangers. Je me suis dit qu'un jour on y trouverai les manuels de réparation de tous nos objets...

  •  - Par Anonyme

    Lorsque j'ai créé ma première adresse mail, Club-Internet ne m'a pas laissé mettre plus de cinq caractères avant le @club-internet.fr
    Mine de rien, une adresse à "Club Internet", ça claque.
    Genre la #TeamInternet, mais vintage.

  •  - Par Anonyme

    Mon premier site web ... 1997 ... et du fond de ma petite chambre, je participe à un concours et le site est élu "10 best website of the year 1997" dans un concours australien !!
    Et en 1999, avec un kit parthénogénétique pour fabriquer des anges, on en a parlé sur Canal+ !

    He oui, à l'époque le web était tout petit et même les petits pouvait faire des trucs vu par un grand nombre!

    Depuis le web a bien grandit, il a un peu perdu de son égalitarisme mais moi j'en ai quand même fait ma vie :)

  • "The chilling effect" - Une contre-histoire des Internets - ARTE

    www.youtube.com
    Des étudiants mettant en ligne des paroles de chansons décrit comme des gangs de pirates organisés mondialement, ça c'est de la diabolisation.... Pour télécharger cette vidéos sous Creative Commons : http://download.www.arte.tv/permanent/u1/contre-histoire/FR_MARTIN_4-INTERNETS.mov Et pour découvrir d'autres contre-histoires : http://lesinternets.arte.tv

    Arno Martin se souvient comment l'hébergeur de son site avait décidé d'effacer l'ensemble des fichiers .mp3 de ses hébergés, et donc aussi... les .mp3 de la musique d'Arno. C'est bien connu : un .mp3, ça ne peut être que de la contrefaçon, les internautes ne composent pas, eux.

  •  - Par Anonyme

    A partir de 1996/1997, mon père (medecin) a été obliger de s'informatiser pour envoyer les feuilles de soins à la sécu.
    C'était le début d'une formidable aventure internet, aventure, dont j'écris encore les chapitres puisque je travaille maintenant dans les réseaux informatiques.
    Le doux chant du modem 56K, les chats ICQ ou IRC avec mon frère parti vivre loin .. arf, quelle nostalgie.

  •  - Par Anonyme

    J'écrivais une lettre presque tous les jours à mon amoureux qui était en service militaire à l'armée et je guettais la boîte à lettres... Le téléphone portable n'était pas répandu non plus, c'était notre seul moyen de communication. Quand j'y repense ça me paraît dingue que ce soit seulement 15 ans plus tôt. Tout est allé tellement vite depuis...

  •  - Par Anonyme

    Au début, au siècle dernier, j'étais un peu perdu sur le net, heureusement il y avait perdu.com pour s'y retrouver et miracle, ça existe encore!

  •  - Par Anonyme

    1997.

    A l'époque des balbutiements d'Internet. Ce n'était pas encore la vaste encyclopédie actuelle et y être scotché des heures durant comme certains maintenant, était tout bonnement impensable.

    Je me souviens encore des forfaits 10, 15, 20 ou 50h des fournisseurs d'accès à Internet. Il fallait compter afin de ne pas dépasser et donc risquer de pénaliser les autres membres de la famille.

    Ah, ce bon vieux modem aux bruits si caractéristiques et puis, se dire qu'il fallait se déconnecter d'Internet pour recevoir ou passer un appel téléphonique...

    Paradoxalement, les gens étaient bien plus érudits qu'actuellement; les "lol", "salu sa va" et autres horreurs orthographiques étant alors également bien moins fréquents qu'actuellement.

    Et les gens continuaient à ouvrir des dictionnaires, des livres divers et les sources étaient "fiables".

    Parce que maintenant, avec les encyclopédies et autres forums qui pullulent, rien n'est certain.

    Et ça peut même être dangereux si on suit une médication sur un forum, par exemple.

    A l'époque, point de sites de rencontre mais des tchats et msn, évidemment.

    Et quelques années après, les sites faisaient leur apparition mais restaient confidentiels et "mal vus".

    Je ne regrette pas cette époque car, même si j'ai progressé grâce à elle, ses limites étaient vite atteintes et une frustration était bien là.

    l'Internet actuel est aussi bien libertaire que liberticide, pour être honnête.

    Mais quasiment sans limite de puissance.

  • Tout simplement intemporel : IRC, Usenet, forums, blogs, Facebook, Twitter… l'histoire est un éternel recommencement

  •  - Par Anonyme

    Netscape Navigator

    www.youtube.com
    A little Tribute for Netscape , the most used Navigator in the past. I hope you will like it ^^"

    Ma première rencontre avec Internet, ma “première fois”, c’était en 1997.
    J'avais à peine 20 ans, je travaillais pour une petite entreprise innovante, une sorte de Kinko’s français.
    Nous louions des bornes informatiques/bureautiques pour les particuliers. N’oublions pas qu’à l’époque, le personal computer était encore rare au sein des foyers. Mes premiers instants sur Internet, via Netscape, fut laborieux : connexion 56k, lente donc, quand ça voulait bien fonctionner, onéreuse et à mes yeux, inutile. Je ne ressentait aucun besoin d’utiliser cet outil. Nous avions encore le Minitel, les disquettes, les dictionnaires, les bottins des pages jaunes et le téléphone ! Mais son évolution rapide a su créer le besoin. En particulier les premiers chats sur yahoo, l’ouverture d’une boîte mail sur voilà.fr... Bref, toute une époque !!

  •  - Par Anonyme

    Avant internet (pour moi en 1997) et avant wikipedia je lisais le quid et l'encyclopédie Alpha. Pour organiser mes vacances, j'écrivais par la poste à des offices de tourisme pour recevoir des prospectus.

  •  - Par Anonyme

    Oniisama E - Bowls of Gold, Bowls of Silver

    www.youtube.com
    The opening song to the series "Oniisama E..." (also known as "Brother Dear Brother"). Performed by Takata Satomi

    Avant qu'on puisse télécharger des séries et des films, je me servais d'internet pour me procurer des contenus... en VHS. J'étais collégienne et fan de mangas, ce qui à l'époque n'était franchement pas glorieux. Les mangas n'avaient pas encore bouffé la moitié des étagères des libraires BD et les nouveautés étaient rares, idem pour les dessins-animés japonais. Je lorgnais sur quelques animés dont j'avais entendu parler, mais qui n'avaient jamais franchi les frontières du Japon... Heureusement, les internets étaient là, et m'ont permis d'entrer en contact avec des Américains qui avaient réussi à se procurer ces animés en VHS. Il s'étaient même attelés à les sous-titrer. Le Fansubbing existait bien avant qu'on s'échange des vidéos au format numérique ! Ces personnes proposaient d'envoyer une copie de ces VHS à qui le souhaitait, en échange des frais de port et du coût de la cassette. Je me souviens de l'émotion quand j'ai reçu pour la première fois une oeuvre japonaise dans ma boîte au lettres, introuvable en France, qui avait traversé l'Atlantique, traduite par de sympathiques bénévoles... La qualité de l'image et du son était déplorable : à force d'être copiées, les bandes se détérioraient. Mais ce n'était pas grave : sans internet, jamais je n'aurais eu accès à cette œuvre. MERCI LES INTERNETS \o/

  •  - Par Anonyme

    1997 découverte à fac... Je me souviens d'expéditions à la Poste pour consulter mes mails sur les bornes mes parents ne voyant pas l'intérêt du modem puisqu'ils avaient le Minitel

  •  - Par Anonyme

    Ah souvenir souvenir, le bip bip tut tut du 56k en rentrant de l'école pour se jeter sur Caramail. Qui se souvient des salons Burguer Quizz, Blonde ou 15-18 ans...

  •  - Par Anonyme

    Je me rappelle qu'au collège, je laissais mon ordinateur allumé la nuit pour télécharger de la musique sur Napster. Mes parents étaient très en colère à la fin du mois... !

  •  - Par Anonyme

    Je me souviens, ça devait être en 97 ou 98, de l'apparition de la publicité sur nos chers pages persos, historiquement hébergées par Mygale.org, et de la levée de bouclier qui suivit, dans cet internet alors plutôt libertaire. C'est amusant de voir où nous en sommes aujourd'hui. Et que je suis devenu publicitaire.

  • Une contre-histoire des Internets - D'où viennent les pédo-nazis ? - ARTE

    www.youtube.com
    Uploaded by ARTE on 2013-03-26.

    Les pédo-nazis, on n'en voit jamais, mais en fait ils sont très utiles.
    Si, si, promis...


    En tout cas c'est qu'explique Arno* (http://membres.multimania.fr/uzine), co-fondateur du "mini-rezo" (dont on reparlera, #oupas, chuuuttt)

  •  - Par Anonyme

    Sur le net depuis 1997 et pas vu une seul photo pedo-nazi... je dois pas avoir encore fait le tour.

    vive le web 1.0 !

  •  - Par Anonyme  via rue89

    C'était en 1997, chez mes cousins geek avant l'heure au fin fond du 77 dans une veille maison alors que je vivais en plein Paris. J'avais du ma à capter l'intérêt du truc et puis...

  •  - Par Pulco31

    La 1ère fois que j'ai entendu parler d'Internet, j'étais en 6ème, c'était en 1997.
    Un mec à la pointe des nouvelles technologies (on disait pas encore "geek" à l'époque, on disait même pas "nouvelles technologies", je crois) me racontait qu'il pouvait communiquer en direct avec des personnes à l'autre bout de la terre. Ça me paraissait dingo, genre le futur, mais j'imaginais ça comme une espèce de fax, où on écrivait une phrase sur la machine, et un papier sortait à l'autre bout du monde avec notre phrase écrite dessus. Et le mec répondait comme ça. Un truc un poil long, mais oh, déjà me dire qu'on pouvait communiquer en direct avec un mec au Japon, ça me suffisait. Et surtout je me demandait bien comment ça pouvait être possible.

    Trois ans plus tard, je me créais un compte Caramail au CDI du collège, et je cherchais à communiquer avec des meufs en France. Je ne trouvais ça plus si dingo et je me foutais des mecs au Japon.

    La fin de l'émerveillement.

  •  - Par Anonyme  via rue89

    Je venais d'avoir pour mon anniversaire, dignement fété en famille, un compaq enorme et blanc, qui pesait bien trop lourd pour les 1 9ans.
    Febrile, j'avais installé le lanceur AOL, les browsers n'existant quasiment pas (à part peut être netscape, le phare au milieu de la nuit).
    Là, il m'a fallu crééer un pseudo. ????. J'ai tout simplement indiqué l'état dans lequel j'étais à savoir partiellement ivre avant de me lancer dans le téléchargement d'une image. Une fois l’opération accomplie, j'ai été cherché mon oncle, pionnier du minitel, pour demander où était passée mon image. Quand il m'a dit "tu l'a téléchargée dans quel dossier ?", je me revois lui répondre : "c'est quoi un dossier ?'".
    S'en suivirent de longues nuits squattant la ligne téléphonique familiale pour chatter sur caramail et entendre cete divine voix d'aol me sussurer "vous avez du courrier"....

  • Sites pervers sur Internet

    www.ina.fr
    Le point sur "les sites pervers" d'Internet après l'échec d'un projet de loi américain "Decency act".

    "Ce phénomène de perversion d'Internet est mondial (...) Aux États-Unis des sites internet s'ouvrent sur n'importe quoi ! (...) sans aucune censure !"

Chargement...