Recherche : #anonymous

  •  - Par 
  •  - Par Anonyme

    J'ai écrit il y a quelques temps un article décrivant la façon dont toute une génération (dont je fais partie) a grandi en faisant l'expérience des forums et des communautés en ligne, et de leurs modes de fonctionnement, et se reconnaît, du coup, dans les pratiques des Anonymous.
    Comme c'est proche du sujet de la collecte, je me permets (immodestement) de le partager.

  • Bon j'ai pas connu ces temps immémoriaux ou Internet était vu comme le QG des pedonazis en puissance, par contre je traîne régulièrement sur 4chan. En fait sous couvert d'anonymat les gens disent tout et n'importe quoi, parce que si tu n'as pas a subir la conséquence de tes propos/actes alors tout est permis. J'ai vu des topics loli/pedos tendance viole, du gore, des anonymes tellement racistes/homophobes/antisémites/mysogynes qu'Hitler serait jaloux. J'ai vu des raisonnements et des discours que je ne pensais pas pouvoir être tenus par des êtres humains normalement constitues. En fait 4chan c'est un gigantesque bac a sable. Un topic dure maximum quelques heures, donc tu sais que pour une fois, l'internet ne se "souviendra" pas. Je pense que c'est un outil sociologique fantastique. Je pense aussi que le concept d'anonymat pousse le 1er mec lambda a dire de la merde, et comme tout le monde est dans cet esprit du troll permanent, baa ça donne lieu a une des communautés les plus surréalistes et incomprise des internets. Je pense que l'esprit de la provoque et de la surenchère permanente y est pour beaucoup. Parce que ces gens sont majoritairement des mecs blancs de 15/35 ans anglophones des classes moyennes, un peu désabusés surement, mais dont rien ne les differentie du reste de la population. Je sais garder un regard critique et distant donc je ne prend pas part dans ces topics extrêmes que j'ai évoqués (qui restent minoritaires hein). Pourquoi j'y traine toujours? L'inexistance de la notion de "politiquement correct" permet aux anonymes de rire sur tout, de tout, et d'eux meme en premier lieu : on s'appelle "faggot" et l'image d'une gros geek boutoneux est associée au 4chaneur moyen. Ces gens sont tres tres droles. Je ne pense pas que vous recherchez ce genre de temoignage mais je voulais apporter une petite contribution a ce projet, bonne chance et restez loin des cliches, je vous fait confiance.

  • Je m'identifie carrément à la Hack culture (je m'y connais moyennement en code, mais mis à part les masses incultes, nous connaissons tous la protéiformité du terme! ) .
    L'autre jour j'ai trouvé la définition de ce que j'étais, (irl ou pas). En fait, pour situer le contexte, je sortais d'un cours de philo. Et je me disais, "putain, je dois être le seul mec à toujours chercher les failles! C'est limite une obsession! " Ben voilà c'est ça.
    Aller plus loin pour en faire autre chose, etc etc...C'est ça qui nous définit. Donne-moi une lampe, je m'en servirai pour faire cuire des marshmallows.
    Bien sur que la Hack culture s'identifie majoritairement aux pc, mais vous savez pourquoi?

    Je vais vous raconter une histoire:
    "Il fut un temps, où l'information onéreuse était entreposée dans des unités centrales onéreuses appelées "livres enluminés" (des bibles pour la plupart) et jalousement gardées dans la palais d'un duc ou d'un évêque. Seules pouvaient y accéder des personnes autorisées, des hackers retirés du monde nommés "moines". Puis, en 1456, Johannes Gutenberg invente une machine de la plus grande importance: la presse à caractères mobiles. Ce système de traitement de l'information pouvait produire à la chaîne un article peu coûteux et portable qui s'est rapidement introduit dans les foyers:
    le livre personnel.
    L'ordinateur a connu ce même situation sociopolitique. Jalousement gardées par les prêtres-techniciens privilégiés, les unités centrales qui régissaient la société étaient l'apanage des gouvernements et des grandes entreprises. Le citoyen moyen, soudain jeté dans l'illettrisme électronique et l'impuissance numérique, s'est bien sur senti menacé. "

    C'est notre nouvel outil d'émancipation intellectuel mec, je veux dire qu'il est adapté aux problèmes que nous avons, maintenant.

    Anonymous, 4Chan (pour ne pas prononcer /.../) et Internet en général ont tous la même finalité. La citoyenneté mondiale. Un monde uni bordel. Internet va nous offrir la démocratie DIRECTE et la paix entre les peuples. (Si on arrête de consommer ^^ ).
    Anonymous n'est pas un un groupe de Hacker. Anonymous c'est juste être citoyen du Web. Tout et n'importe quoi. Nous avons fait des trucs dégueulasses, mais aussi des merveilles. Tout comme l'Homme en général. ça me fait penser au TAZ (Temporary Autonomous Zone): un territoire apparaissant et disparaissant dans l'espace, le temps ou l'imagination. Elle se dissout dès qu'elle est répertoriée et échappe à ce sens à toute tentative de définition. Elle est une "insurrection" et se manifeste à qui sait mieux échapper aux géomètres du pouvoir institutionnalisé.


    Je me rends compte aussi de l’obsession qu'a le hacker moyen, la vérité, vérité à tout prix. S'il avait un choix à faire entre la vérité ou la paix, ça serait surement la vérité. Si l'on y regarde bien, nous sommes juste en train de nous poser un peu plus que les autres les questions existentielles sur l'Humanité dont nous avons tenté de répondre avec la religion, la science,... Nous sommes juste les Frankenstein 2.0 de l'espèce humaine!


    L'image est de moi, faites-en ce que vous voulez! FUCK FUCK yeah.┌П┐(◉_◉)┌П┐
    (Vous pouvez même vous en servir pour présenter votre docu)

  •  - Par Anonyme

    Rhâââââââââ ! le bip-bip du modem de location "Wanadoo" en 1998-1999...
    J'ai commencé à chatter sur des forums de graffiti, donc dans un autre gouffre internet que celui du hacking mais assez proche dans l'état d'esprit.
    Ekosystem.org et autres Aero.fr étaient nos T.A.Z ( Zone autonome temporaire ) à nous, jeunes writers encore mineurs et insouciants.
    Très vite, je me suis intéréssé à Napster puis KazaA avant de perdre les pédales avec eMule !
    Nous pouvions encore assez ouvertement télécharger de la musique et la revendre sur des CD gravés au camarades de classe pas encore connectés (à peine 1 million "d'internautes" à cette époque).
    Oui, nous avons bien bicravé des sons, puis des programmes, puis des films dans le passé. Il y avait un vrai marché dans les cours de collèges & lycées, la bonne époque !
    Puis les médias se sont emparés du phénomène et ont commencés à envoyer du "pédo-nazis" dans tous les sens, à tirer sur les nerds, les geeks, les pirates, les criminels virtuels...
    Puis ce fût au tour des politiciens complètement à la ramasse (oui, pire qu'aujourd'hui) installant le climat de peur que l'ont connait, utilisant donc le 11 septembre 2001 pour justifier leurs mesures répressives de dingues sur les internets.
    Je suis bien content d'avoir connu cette époque, post 911 ou personne ne songeaient vraiment à devenir cyber-activiste (sauf pour jouer, ou pour utiliser ses connaissances à des fins "personnelles") .
    Maintenant, c'est quand même rigolo de se retrouver à distribuer des modems aux rebelles pour leur assurer une connexion de base en cas de conflits, de retourner chatter sur IRC et de se replonger dans le code pour ne pas subir le pouvoir des tyrans de ce monde.

    Sayf. cc

Chargement...