Recherche : #digital native

  •  - Par 
  •  - Par Anonyme

    La machine à remonter le temps (Wayback machine) pour accéder aux versions web1 des sites de journaux. A montrer absolument aux digital natives qui n'imaginent pas ce qu'à pu être l'internet de la génération x !

  •  - Par Anonyme

    La machine à remonter le temps (Wayback machine) pour accéder aux versions web1 des sites de journaux. A montrer absolument aux digital natives qui n'imaginent pas ce qu'à pu être l'internet de la génération x !

  •  - Par Anonyme

    La machine à remonter le temps (Wayback machine) pour accéder aux versions web1 des sites de journaux. A montrer absolument aux digital natives qui n'imaginent pas ce qu'à pu être l'internet de la génération x !

  •  - Par Anonyme

    NINE - Art Majeur Productions

    www.youtube.com
    Nine est un chat pas comme les autres, ou peut-être est-ce plutôt son maître... http://www.facebook.com/pages/ART-MAJEUR-Productions/190810910967376 Retrouvez d'autres courts-métrages singuliers, vidéos-nouvelles et films d'animations bizarroïdes adaptées de mes écrits. L'objectif est ici de trouver des alternatives aux livres numériques avec des hyperliens, d'envisager des webmedia littéraires originaux

    Découvrez gratuitement toutes mes nouvelles, courts-métrages et vidéos expérimentales, entre autres : science et économie fictions, uchronies emplies de désenchantements misanthropiques, contre-pieds et comique pathétique de saturation. Quelque part entre Chuck Palahniuk, Philip K.Dick et les mémoires d'un lobotomisé sous crack.Existe aussi sur Twitter en soins homéopathiques https://twitter.com/lapinchien et en plaquette à télécharger http://tinyurl.com/bmdxdk8

  •  - Par Guen_am

    Il faudrait aussi raconter l'aventure des réseaux wifi communautaires. La bande de fréquence des 2.4Ghz utilisée par le wifi était alors réservée aux militaires. Mais en commandant le matériel à l'étranger, des dizaines de passionnés ont lancé des projets à travers la France, à l'exemple de nombreux autres à l'étranger : Paris Sans Fil (auquel j'ai participé), Provence Wireless, ... on montait des antennes wifi sur les toits en faisant passer les câbles par les conduits de cheminée, puis on raccordait des immeubles entre eux pour créer un LAN privé (échanges de fichiers surtout) et mutualiser les coûts d'accès à net.

    La FING a joué un rôle de relais, notamment en montant des démos ambitieuses lors des Rencontres d'Autrans. La tête du Ministre en découvrant qu'on pouvait amener de l'internet à plusieurs kilomètres grâce à de simples antennes Ricoré... et les explications gênées du représentant de France Télécom (qui bloquait toute alternative à l'ADSL tout en freinant son déploiement dans les zones peu rentables à ses yeux).

    Très nombreux articles de presse à l'époque sur le sujet : Figaro, Télérama, Libé... facile à retrouver. Mais peu de traces sur le net aujourd'hui de cette aventure.

    Le movement s'est essouflé car le matériel dont nous disposions n'était pas vraiment capable de mettre un place une vraie infrastructure réseau. Les bonnes volontés se sont épuisées aussi. Mais de vrais résultats : l'ouverture de la fréquence aux usages privés, les projets Paris Wifi de la Mairie de Paris.

    Le flambeau a ensuite été repris par Rafi Haladjian qui a créé Ozone en capitalisant sur l'expérience, avec une approche professionnelle.

  •  - Par Guen_am

    Il faudrait aussi raconter l'aventure des réseaux wifi communautaires. La bande de fréquence des 2.4Ghz utilisée par le wifi était alors réservée aux militaires. Mais en commandant le matériel à l'étranger, des dizaines de passionnés ont lancé des projets à travers la France, à l'exemple de nombreux autres à l'étranger : Paris Sans Fil (auquel j'ai participé), Provence Wireless, ... on montait des antennes wifi sur les toits en faisant passer les câbles par les conduits de cheminée, puis on raccordait des immeubles entre eux pour créer un LAN privé (échanges de fichiers surtout) et mutualiser les coûts d'accès à net.

    La FING a joué un rôle de relais, notamment en montant des démos ambitieuses lors des Rencontres d'Autrans. La tête du Ministre en découvrant qu'on pouvait amener de l'internet à plusieurs kilomètres grâce à de simples antennes Ricoré... et les explications gênées du représentant de France Télécom (qui bloquait toute alternative à l'ADSL tout en freinant son déploiement dans les zones peu rentables à ses yeux).

    Très nombreux articles de presse à l'époque sur le sujet : Figaro, Télérama, Libé... facile à retrouver. Mais peu de traces sur le net aujourd'hui de cette aventure.

    Le movement s'est essouflé car le matériel dont nous disposions n'était pas vraiment capable de mettre un place une vraie infrastructure réseau. Les bonnes volontés se sont épuisées aussi. Mais de vrais résultats : l'ouverture de la fréquence aux usages privés, les projets Paris Wifi de la Mairie de Paris.

    Le flambeau a ensuite été repris par Rafi Haladjian qui a créé Ozone en capitalisant sur l'expérience, avec une approche professionnelle.

  •  - Par Guen_am

    Il faudrait aussi raconter l'aventure des réseaux wifi communautaires. La bande de fréquence des 2.4Ghz utilisée par le wifi était alors réservée aux militaires. Mais en commandant le matériel à l'étranger, des dizaines de passionnés ont lancé des projets à travers la France, à l'exemple de nombreux autres à l'étranger : Paris Sans Fil (auquel j'ai participé), Provence Wireless, ... on montait des antennes wifi sur les toits en faisant passer les câbles par les conduits de cheminée, puis on raccordait des immeubles entre eux pour créer un LAN privé (échanges de fichiers surtout) et mutualiser les coûts d'accès à net.

    La FING a joué un rôle de relais, notamment en montant des démos ambitieuses lors des Rencontres d'Autrans. La tête du Ministre en découvrant qu'on pouvait amener de l'internet à plusieurs kilomètres grâce à de simples antennes Ricoré... et les explications gênées du représentant de France Télécom (qui bloquait toute alternative à l'ADSL tout en freinant son déploiement dans les zones peu rentables à ses yeux).

    Très nombreux articles de presse à l'époque sur le sujet : Figaro, Télérama, Libé... facile à retrouver. Mais peu de traces sur le net aujourd'hui de cette aventure.

    Le movement s'est essouflé car le matériel dont nous disposions n'était pas vraiment capable de mettre un place une vraie infrastructure réseau. Les bonnes volontés se sont épuisées aussi. Mais de vrais résultats : l'ouverture de la fréquence aux usages privés, les projets Paris Wifi de la Mairie de Paris.

    Le flambeau a ensuite été repris par Rafi Haladjian qui a créé Ozone en capitalisant sur l'expérience, avec une approche professionnelle.

  • Si ca te parle pas t'est un digital native ...

  • Si ca te parle pas t'est un digital native ...

  • Si ca te parle pas t'est un digital native ...

  • Si ca te parle pas t'est un digital native ...

  • Si ca te parle pas t'est un digital native ...

  • Si ca te parle pas t'est un digital native ...

  • Si ca te parle pas t'est un digital native ...

  • Si ca te parle pas t'est un digital native ...

Chargement...