Recherche : #france télécom

  •  - Par 
  •  - Par Anonyme

    1996 stage de fin d'étude d'ingé télécom au CNES, recherche spatiale française. Sujet : TCP/IP (le langage des Internets) sur un satellite expérimental... une révolution évidemment. Mais à un point que je n'imaginais pas : les questions des ingénieurs du spatial "Ok, mais ton TCP/IP, ça pèse combien et ça consomme combien d'électricité à bord ?"... hem, Internet, sur terre ou dans l'espace, une révolution je vous dis !

  •  - Par Anonyme

    En 1996, après mon service militaire qui était encore obligatoire, achat de mon premier PC. Un 166MHz avec un modem 33.6 Olitec et un abonnement d'un an chez Magic Online.
    Installation d'une prise téléphonique dans ma chambre et c'était parti pour de nombreuses nuits blanches sur la baguette et autres salons IRC...
    A l'époque la connexion se faisait via un numéro local, et la note France Télécom a vite explosé !
    Qu'importe, en quelques mois, cette fenêtre sur le monde m'était devenue indispensable mais elle m'a aussi permis de devenir un bidouilleur, à l'époque de Windows 95 il fallait souvent mettre les mains dans le cambouis.
    Deux ans plus tard, après un entretien pour un poste de technicien hotline, départ pour l'Irlande et début de mon aventure professionnelle avec AOL...
    Là-bas j'ai rencontré mon épouse à qui j'ai fait la cour pendant des mois par messagerie instantanée et e-mails.
    Internet, je lui dois ma vie d'aujourd'hui, mes amours et mon travail !

  •  - Par Anonyme

    1999, le prof de techno demande à notre classe de 3ièmeB combien de personnes ont Internet chez à la maison. Seulement une, son père travaillait à France Télécom. Son Internet était en 56K, mieux que le 28 à priori que je n'ai jamais connu. J'ai même tenté de contacter, après perte de vue, cette personne en créant une adresse feu-Caramail :), sans succès ! Les réseaux sociaux étaient différents.
    Puis Internet s'est répandu début 2000 dans notre petit village pour passer à l'ADSL vers 2005.

  •  - Par Anonyme

    1999, le prof de techno demande à notre classe de 3ièmeB combien de personnes ont Internet chez à la maison. Seulement une, son père travaillait à France Télécom. Son Internet était en 56K, mieux que le 28 à priori que je n'ai jamais connu. J'ai même tenté de contacter, après perte de vue, cette personne en créant une adresse feu-Caramail :), sans succès ! Les réseaux sociaux étaient différents.
    Puis Internet s'est répandu début 2000 dans notre petit village pour passer à l'ADSL vers 2005.

  • On confond souvent Internet (le « réseau des réseaux ») avec le Web : le second est compris dans le premier. Internet, c’est tout un tas de choses différentes :
    la navigation sur le Web ;
    les e-mails ;
    la VoIP (Skype)...

    Internet c’est le réseau, le Web n’est qu’un usage de ce réseau, apparu ultérieurement. Il n’y a pas de date de création d’Internet. Personne n’a jamais appuyé sur un bouton pour un lancement en fanfare. C’est un patchwork d’innovations disparates, qui se sont peu à peu assemblées pour former Internet, puis le Web. On pourrait citer les mots de Vinton Cerf et Robert Kahn (les inventeurs du protocole TCP/IP) :

    « Aucune personne, ni même un petit groupe d’individus n’a réellement inventé Internet. C’est le résultats de nombreuses années de collaborations entre des universitaires et des personnes du gouvernement. »

  • On confond souvent Internet (le « réseau des réseaux ») avec le Web : le second est compris dans le premier. Internet, c’est tout un tas de choses différentes :
    la navigation sur le Web ;
    les e-mails ;
    la VoIP (Skype)...

    Internet c’est le réseau, le Web n’est qu’un usage de ce réseau, apparu ultérieurement. Il n’y a pas de date de création d’Internet. Personne n’a jamais appuyé sur un bouton pour un lancement en fanfare. C’est un patchwork d’innovations disparates, qui se sont peu à peu assemblées pour former Internet, puis le Web. On pourrait citer les mots de Vinton Cerf et Robert Kahn (les inventeurs du protocole TCP/IP) :

    « Aucune personne, ni même un petit groupe d’individus n’a réellement inventé Internet. C’est le résultats de nombreuses années de collaborations entre des universitaires et des personnes du gouvernement. »

  • On confond souvent Internet (le « réseau des réseaux ») avec le Web : le second est compris dans le premier. Internet, c’est tout un tas de choses différentes :
    la navigation sur le Web ;
    les e-mails ;
    la VoIP (Skype)...

    Internet c’est le réseau, le Web n’est qu’un usage de ce réseau, apparu ultérieurement. Il n’y a pas de date de création d’Internet. Personne n’a jamais appuyé sur un bouton pour un lancement en fanfare. C’est un patchwork d’innovations disparates, qui se sont peu à peu assemblées pour former Internet, puis le Web. On pourrait citer les mots de Vinton Cerf et Robert Kahn (les inventeurs du protocole TCP/IP) :

    « Aucune personne, ni même un petit groupe d’individus n’a réellement inventé Internet. C’est le résultats de nombreuses années de collaborations entre des universitaires et des personnes du gouvernement. »

  • On confond souvent Internet (le « réseau des réseaux ») avec le Web : le second est compris dans le premier. Internet, c’est tout un tas de choses différentes :
    la navigation sur le Web ;
    les e-mails ;
    la VoIP (Skype)...

    Internet c’est le réseau, le Web n’est qu’un usage de ce réseau, apparu ultérieurement. Il n’y a pas de date de création d’Internet. Personne n’a jamais appuyé sur un bouton pour un lancement en fanfare. C’est un patchwork d’innovations disparates, qui se sont peu à peu assemblées pour former Internet, puis le Web. On pourrait citer les mots de Vinton Cerf et Robert Kahn (les inventeurs du protocole TCP/IP) :

    « Aucune personne, ni même un petit groupe d’individus n’a réellement inventé Internet. C’est le résultats de nombreuses années de collaborations entre des universitaires et des personnes du gouvernement. »

  • On confond souvent Internet (le « réseau des réseaux ») avec le Web : le second est compris dans le premier. Internet, c’est tout un tas de choses différentes :
    la navigation sur le Web ;
    les e-mails ;
    la VoIP (Skype)...

    Internet c’est le réseau, le Web n’est qu’un usage de ce réseau, apparu ultérieurement. Il n’y a pas de date de création d’Internet. Personne n’a jamais appuyé sur un bouton pour un lancement en fanfare. C’est un patchwork d’innovations disparates, qui se sont peu à peu assemblées pour former Internet, puis le Web. On pourrait citer les mots de Vinton Cerf et Robert Kahn (les inventeurs du protocole TCP/IP) :

    « Aucune personne, ni même un petit groupe d’individus n’a réellement inventé Internet. C’est le résultats de nombreuses années de collaborations entre des universitaires et des personnes du gouvernement. »

  •  - Par Anonyme

    Depuis 1995, des premières pages perso chez france télécom, aux blogs tumblr en passant par free,
    18 ans de création sur internet.

  •  - Par Anonyme

    Depuis 1995, des premières pages perso chez france télécom, aux blogs tumblr en passant par free,
    18 ans de création sur internet.

  •  - Par Anonyme

    Depuis 1995, des premières pages perso chez france télécom, aux blogs tumblr en passant par free,
    18 ans de création sur internet.

  • Quand quelque chose vous manque, la meilleure chose à faire c'est de la fabriquer. C'est ainsi que Mitch Altman (http://owni.fr/2012/02/06/mitch-altman-hacker-qui-bat) a inventé TV-be-Gone (https://www.tvbgone.com), la télécommande qui universelle qui fonctionne avec tous les téléviseurs et qui n'a qu'un seul bouton : "éteindre".

  • Quand quelque chose vous manque, la meilleure chose à faire c'est de la fabriquer. C'est ainsi que Mitch Altman (http://owni.fr/2012/02/06/mitch-altman-hacker-qui-bat) a inventé TV-be-Gone (https://www.tvbgone.com), la télécommande qui universelle qui fonctionne avec tous les téléviseurs et qui n'a qu'un seul bouton : "éteindre".

  • Quand quelque chose vous manque, la meilleure chose à faire c'est de la fabriquer. C'est ainsi que Mitch Altman (http://owni.fr/2012/02/06/mitch-altman-hacker-qui-bat) a inventé TV-be-Gone (https://www.tvbgone.com), la télécommande qui universelle qui fonctionne avec tous les téléviseurs et qui n'a qu'un seul bouton : "éteindre".

  • Quand quelque chose vous manque, la meilleure chose à faire c'est de la fabriquer. C'est ainsi que Mitch Altman (http://owni.fr/2012/02/06/mitch-altman-hacker-qui-bat) a inventé TV-be-Gone (https://www.tvbgone.com), la télécommande qui universelle qui fonctionne avec tous les téléviseurs et qui n'a qu'un seul bouton : "éteindre".

  • Un des bons moyens d'imposer un "fais pas ci, fais pas ça" c'est de proposer un "jardin clos", aussi appelé "walled garden" ou carrément "closed plateform". C'est tout simplement un écosystème dont l'utilisateur ne peut sortir. Et son portefeuille non plus...

    Comme feu AOL, eWorld (Apple), ou aujourd'hui KindleStore, AppleStore.

    Avant la dérégulation des télécoms, Bell, en situation de monopole, avait même imposé un truc très sympatique : vos mots, quand ils passaient dans les câbles du réseau téléphonique, ne vous appartenaient plus.

    "In a more extreme example, with the pre-deregulated 1970s American telephone system, "Ma Bell" virtually owned all the hardware (including all phones) and all the signals, and virtually even the words (information) on their wires. The words did not become yours until they left the Ma Bell earpiece (or other Ma Bell output device) and entered your ear."

  • Un des bons moyens d'imposer un "fais pas ci, fais pas ça" c'est de proposer un "jardin clos", aussi appelé "walled garden" ou carrément "closed plateform". C'est tout simplement un écosystème dont l'utilisateur ne peut sortir. Et son portefeuille non plus...

    Comme feu AOL, eWorld (Apple), ou aujourd'hui KindleStore, AppleStore.

    Avant la dérégulation des télécoms, Bell, en situation de monopole, avait même imposé un truc très sympatique : vos mots, quand ils passaient dans les câbles du réseau téléphonique, ne vous appartenaient plus.

    "In a more extreme example, with the pre-deregulated 1970s American telephone system, "Ma Bell" virtually owned all the hardware (including all phones) and all the signals, and virtually even the words (information) on their wires. The words did not become yours until they left the Ma Bell earpiece (or other Ma Bell output device) and entered your ear."

  • Un des bons moyens d'imposer un "fais pas ci, fais pas ça" c'est de proposer un "jardin clos", aussi appelé "walled garden" ou carrément "closed plateform". C'est tout simplement un écosystème dont l'utilisateur ne peut sortir. Et son portefeuille non plus...

    Comme feu AOL, eWorld (Apple), ou aujourd'hui KindleStore, AppleStore.

    Avant la dérégulation des télécoms, Bell, en situation de monopole, avait même imposé un truc très sympatique : vos mots, quand ils passaient dans les câbles du réseau téléphonique, ne vous appartenaient plus.

    "In a more extreme example, with the pre-deregulated 1970s American telephone system, "Ma Bell" virtually owned all the hardware (including all phones) and all the signals, and virtually even the words (information) on their wires. The words did not become yours until they left the Ma Bell earpiece (or other Ma Bell output device) and entered your ear."

  •  - Par Guen_am

    Il faudrait aussi raconter l'aventure des réseaux wifi communautaires. La bande de fréquence des 2.4Ghz utilisée par le wifi était alors réservée aux militaires. Mais en commandant le matériel à l'étranger, des dizaines de passionnés ont lancé des projets à travers la France, à l'exemple de nombreux autres à l'étranger : Paris Sans Fil (auquel j'ai participé), Provence Wireless, ... on montait des antennes wifi sur les toits en faisant passer les câbles par les conduits de cheminée, puis on raccordait des immeubles entre eux pour créer un LAN privé (échanges de fichiers surtout) et mutualiser les coûts d'accès à net.

    La FING a joué un rôle de relais, notamment en montant des démos ambitieuses lors des Rencontres d'Autrans. La tête du Ministre en découvrant qu'on pouvait amener de l'internet à plusieurs kilomètres grâce à de simples antennes Ricoré... et les explications gênées du représentant de France Télécom (qui bloquait toute alternative à l'ADSL tout en freinant son déploiement dans les zones peu rentables à ses yeux).

    Très nombreux articles de presse à l'époque sur le sujet : Figaro, Télérama, Libé... facile à retrouver. Mais peu de traces sur le net aujourd'hui de cette aventure.

    Le movement s'est essouflé car le matériel dont nous disposions n'était pas vraiment capable de mettre un place une vraie infrastructure réseau. Les bonnes volontés se sont épuisées aussi. Mais de vrais résultats : l'ouverture de la fréquence aux usages privés, les projets Paris Wifi de la Mairie de Paris.

    Le flambeau a ensuite été repris par Rafi Haladjian qui a créé Ozone en capitalisant sur l'expérience, avec une approche professionnelle.

  •  - Par Guen_am

    Il faudrait aussi raconter l'aventure des réseaux wifi communautaires. La bande de fréquence des 2.4Ghz utilisée par le wifi était alors réservée aux militaires. Mais en commandant le matériel à l'étranger, des dizaines de passionnés ont lancé des projets à travers la France, à l'exemple de nombreux autres à l'étranger : Paris Sans Fil (auquel j'ai participé), Provence Wireless, ... on montait des antennes wifi sur les toits en faisant passer les câbles par les conduits de cheminée, puis on raccordait des immeubles entre eux pour créer un LAN privé (échanges de fichiers surtout) et mutualiser les coûts d'accès à net.

    La FING a joué un rôle de relais, notamment en montant des démos ambitieuses lors des Rencontres d'Autrans. La tête du Ministre en découvrant qu'on pouvait amener de l'internet à plusieurs kilomètres grâce à de simples antennes Ricoré... et les explications gênées du représentant de France Télécom (qui bloquait toute alternative à l'ADSL tout en freinant son déploiement dans les zones peu rentables à ses yeux).

    Très nombreux articles de presse à l'époque sur le sujet : Figaro, Télérama, Libé... facile à retrouver. Mais peu de traces sur le net aujourd'hui de cette aventure.

    Le movement s'est essouflé car le matériel dont nous disposions n'était pas vraiment capable de mettre un place une vraie infrastructure réseau. Les bonnes volontés se sont épuisées aussi. Mais de vrais résultats : l'ouverture de la fréquence aux usages privés, les projets Paris Wifi de la Mairie de Paris.

    Le flambeau a ensuite été repris par Rafi Haladjian qui a créé Ozone en capitalisant sur l'expérience, avec une approche professionnelle.

  •  - Par Guen_am

    Il faudrait aussi raconter l'aventure des réseaux wifi communautaires. La bande de fréquence des 2.4Ghz utilisée par le wifi était alors réservée aux militaires. Mais en commandant le matériel à l'étranger, des dizaines de passionnés ont lancé des projets à travers la France, à l'exemple de nombreux autres à l'étranger : Paris Sans Fil (auquel j'ai participé), Provence Wireless, ... on montait des antennes wifi sur les toits en faisant passer les câbles par les conduits de cheminée, puis on raccordait des immeubles entre eux pour créer un LAN privé (échanges de fichiers surtout) et mutualiser les coûts d'accès à net.

    La FING a joué un rôle de relais, notamment en montant des démos ambitieuses lors des Rencontres d'Autrans. La tête du Ministre en découvrant qu'on pouvait amener de l'internet à plusieurs kilomètres grâce à de simples antennes Ricoré... et les explications gênées du représentant de France Télécom (qui bloquait toute alternative à l'ADSL tout en freinant son déploiement dans les zones peu rentables à ses yeux).

    Très nombreux articles de presse à l'époque sur le sujet : Figaro, Télérama, Libé... facile à retrouver. Mais peu de traces sur le net aujourd'hui de cette aventure.

    Le movement s'est essouflé car le matériel dont nous disposions n'était pas vraiment capable de mettre un place une vraie infrastructure réseau. Les bonnes volontés se sont épuisées aussi. Mais de vrais résultats : l'ouverture de la fréquence aux usages privés, les projets Paris Wifi de la Mairie de Paris.

    Le flambeau a ensuite été repris par Rafi Haladjian qui a créé Ozone en capitalisant sur l'expérience, avec une approche professionnelle.

  • C'était un 18 juin : quand le dernier Ministre des Postes & Télécoms, un certain François Fillon, descendait dans l'arène Usenet-fr face au tollé provoqué par son amendement à la loi de réglementation des télécommunication en cours de discussion. Dispositions par la suite censurées par le Conseil Constitutionnel dans sa décision n°96-378-DC du 23 juillet 1996.

  •  - Par Anonyme

    Rien à voir avec les pédo-nazis mais je n'avais pas le choix de la thématique.

    J'aurai pu parler de mon premier site web en 1998 (j'ai alors 27 ans) : http://www.comores-online.com/accueil.htm, j'ai laissé tombé Eric quelques mois après, de l'époque il ne reste quasiment que mon logo.
    Ou du concours Netdays dans les îles 1999 que nous avons remporté avec 2 gamins de Moroni : http://www.comores-online.com/ngazidja/index.htm
    Eh oui, on ne savait faire que du html.
    Ou de tous les autres sites web jusqu'à l'appli de supervision de réseaux d'eau que je développe en ce moment, mais j'ai choisi une date : le 26 juin 2009.
    A cette époque j'exploite le DNS d'un grand opérateur télécom (90 serveurs, 400000 requêtes secondes au plus fort de la journée).
    Je suis en congé et le gars que je forme m'apelle un peu inquiet car il a constaté un fort pic de traffic sur l'ensemble des frontaux vers 23h30.
    On pense tout de suite à une attaque, mais vu l'architecture, c'est quasi impossible d'impacter l'ensembles des serveurs.
    Le DNS est certe sensible à ce qui se passe à l'extérieur du net mais un pic de trafic de cet ampleur, j'avais jamais vu.
    Sans y croire, réfléchissant à d'autres possibilités, je consulte quand même l'actualité.
    Le 25 juin à 23h26, heure de Paris, Mickel Jackson est mort.

    A 23h38 le Monde publie un article : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/06/25/michael-jackson-a-ete-hospitalise-dans-un-etat-critique_1211647_3246.html
    Pendant une demi-heure, j'ai eu du plus 100%.
    Je n'ai jamais revu celà ensuite, je suppose que ça a été pareil chez les autres opérateurs.

  •  - Par Anonyme

    Rien à voir avec les pédo-nazis mais je n'avais pas le choix de la thématique.

    J'aurai pu parler de mon premier site web en 1998 (j'ai alors 27 ans) : http://www.comores-online.com/accueil.htm, j'ai laissé tombé Eric quelques mois après, de l'époque il ne reste quasiment que mon logo.
    Ou du concours Netdays dans les îles 1999 que nous avons remporté avec 2 gamins de Moroni : http://www.comores-online.com/ngazidja/index.htm
    Eh oui, on ne savait faire que du html.
    Ou de tous les autres sites web jusqu'à l'appli de supervision de réseaux d'eau que je développe en ce moment, mais j'ai choisi une date : le 26 juin 2009.
    A cette époque j'exploite le DNS d'un grand opérateur télécom (90 serveurs, 400000 requêtes secondes au plus fort de la journée).
    Je suis en congé et le gars que je forme m'apelle un peu inquiet car il a constaté un fort pic de traffic sur l'ensemble des frontaux vers 23h30.
    On pense tout de suite à une attaque, mais vu l'architecture, c'est quasi impossible d'impacter l'ensembles des serveurs.
    Le DNS est certe sensible à ce qui se passe à l'extérieur du net mais un pic de trafic de cet ampleur, j'avais jamais vu.
    Sans y croire, réfléchissant à d'autres possibilités, je consulte quand même l'actualité.
    Le 25 juin à 23h26, heure de Paris, Mickel Jackson est mort.

    A 23h38 le Monde publie un article : http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/06/25/michael-jackson-a-ete-hospitalise-dans-un-etat-critique_1211647_3246.html
    Pendant une demi-heure, j'ai eu du plus 100%.
    Je n'ai jamais revu celà ensuite, je suppose que ça a été pareil chez les autres opérateurs.

  •  - Par Anonyme

    En 96, à Ouagadougou, le patron de mon entreprise d'équipements s'était branché avec un fabricant d'autocom d'Austin, Texas. Parti à Paris pour une formation sur ce nouveau matériel ( qui posait de sacrés problèmes de tenue de programmation en cas de coupure de courant aussi fréquents à Ouaga que de jours caniculaires dans le sahel) j'avais été épaté de voir ce yankee faire injecter par internet toute la config de ces nouveaux autocom. De retour à Ouaga, nous avons pris un abonnement aux télécoms locales. Ma première pensée? ça, une autoroute de l'information ?devant ces pages qui mettaient des minutes à s'afficher...En taxi brousse on allait plus vite!

  •  - Par Anonyme

    Ça devait être aux alentours de 1996. J'avais dans les 8 ans et mon père partait 6 mois dans l'année travailler sur un plateforme pétrolière à Singapour.

    On ce connecté par la ligne France Télécom (Wanadoo) avec un modem dial-up 56k (et ça musique inoubliable). On payait chaque minute de communication comme un appel de téléphone locale. Et il faillait seulement 5 minutes pour récupérer un mail avec des nouvelles et 3 photos de mon père à l'autre bout du monde prise dans la journée.

    C'était magique.

  •  - Par Anonyme

    Ça devait être aux alentours de 1996. J'avais dans les 8 ans et mon père partait 6 mois dans l'année travailler sur un plateforme pétrolière à Singapour.

    On ce connecté par la ligne France Télécom (Wanadoo) avec un modem dial-up 56k (et ça musique inoubliable). On payait chaque minute de communication comme un appel de téléphone locale. Et il faillait seulement 5 minutes pour récupérer un mail avec des nouvelles et 3 photos de mon père à l'autre bout du monde prise dans la journée.

    C'était magique.

  •  - Par Anonyme

    Ça devait être aux alentours de 1996. J'avais dans les 8 ans et mon père partait 6 mois dans l'année travailler sur un plateforme pétrolière à Singapour.

    On ce connecté par la ligne France Télécom (Wanadoo) avec un modem dial-up 56k (et ça musique inoubliable). On payait chaque minute de communication comme un appel de téléphone locale. Et il faillait seulement 5 minutes pour récupérer un mail avec des nouvelles et 3 photos de mon père à l'autre bout du monde prise dans la journée.

    C'était magique.

  •  - Par Anonyme

    A l'époque, j'avais 30h par mois à partager avec ma soeur et mes parents, le tout en 56K, donc en gros, ma soeur et moi avions 30 minutes pour lagguer sur caramail et nos skyblogs

Chargement...