Recherche : #modem

  •  - Par 
  •  - Par Anonyme  via telerama

    Remeber 56k modems?

    www.youtube.com
    56k modem nostalgia. Gotta love that sound. Brings back memories.

    Quelqu'un a-t-il réussi à transcrire le bruit de la porteuse? A la recherche de l'onomatopée idéale...

  •  - Par Anonyme

    Mon frère m'a offert mon premier modem pour mes 40 ans, c'est pourquoi je suis capable de dater précisément mes premiers pas sur la toile. On avait un abonnement de 2h par semaine... je déconnectais après avoir chargé mes messages. Puis je lisais et je répondais, et je reconnectais pour envoyer mes messages, en n'oubliant pas de redéconnecter de suite après. Un des premiers mails que j'ai envoyés a été pour déclarer ma flamme à un homme que j'aimais en secret, qui est devenu mon mari. C'était un soir d'orage. Le moment où j'ai envoyé le mail, comme on se jette à l'eau du haut d'une falaise, le coeur cognant dedans plus fort que le tonnerre dehors restera à jamais gravé dans ma mémoire.

  •  - Par ernesto57

    En matière de l’utilisation des moyens informatiques, je me considère très privilège par rapport à la grande majorité de ma génération. Je m’explique. En 1978 nous jouons aux échecs avec l’ordinateur de la fac des sciences! Nous avons même expérimente avec des traductions machine, le résultat était très marrant puisque tout à fait loufoque! Au milieu des années 1980, je me rappelle communiquer avec des entreprises françaises pour mon travail, et je leur demandais s’ils avaient un fax. Un fax??? Apres leur avoir expliqué le fonctionnement, on me répondait que c’était un gadget utile!! Au début des années 1990, j’avais un modem dans le bureau avec une vitesse incroyable pour l’époque de 2440 baud soit l’équivalant de quelques 2500 bit per seconde!! L’internet n’était pas encore là, mais il y avait des bulletin boards où l’on pouvait charger et décharger des fichiers électroniques. Par exemple, un utilisateur pouvait s’inscrire avec le bulletin board d’IBM, par la poste! Le board contenait les firmware et mises-à-jour pour les logiciels et systèmes opératifs. La décharge d’un fichier de 1,44 Mo durait environ une heure et ce uniquement le soir quand il y avait que peu de communications sur le réseau téléphonique! C’était encore au temps de MS DOS (qui s’en souvient encore?), c.-à-d. avant les surfaces d’utilisateurs graphiques tel que Windows. Pour moi, le vrai internet n’est arrivé que vers 1995 avec messagerie électronique et tout. D’ailleurs, depuis lors, j’utilise encore toujours la même adresse email! J’ai un très vif souvenir de mon premier message électronique que j’ai envoyé à ma femme au bureau! A l’époque, les sites internet étaient presque toutes en anglais et d’origine américaine. La vitesse était modérée, mais il y avait très peu d’utilisateurs. Depuis presque une vingtaine d’années, je ne puis m’imaginer travailler sans moyens électroniques. Pour ma fille cadette (née en 1996) tous les avantages des moyens informatiques et l’internet sont depuis très longtemps part intégrales de la vie quotidienne et elle ne puisse imaginer vivre autrement.

  •  - Par Anonyme

    1997.

    A l'époque des balbutiements d'Internet. Ce n'était pas encore la vaste encyclopédie actuelle et y être scotché des heures durant comme certains maintenant, était tout bonnement impensable.

    Je me souviens encore des forfaits 10, 15, 20 ou 50h des fournisseurs d'accès à Internet. Il fallait compter afin de ne pas dépasser et donc risquer de pénaliser les autres membres de la famille.

    Ah, ce bon vieux modem aux bruits si caractéristiques et puis, se dire qu'il fallait se déconnecter d'Internet pour recevoir ou passer un appel téléphonique...

    Paradoxalement, les gens étaient bien plus érudits qu'actuellement; les "lol", "salu sa va" et autres horreurs orthographiques étant alors également bien moins fréquents qu'actuellement.

    Et les gens continuaient à ouvrir des dictionnaires, des livres divers et les sources étaient "fiables".

    Parce que maintenant, avec les encyclopédies et autres forums qui pullulent, rien n'est certain.

    Et ça peut même être dangereux si on suit une médication sur un forum, par exemple.

    A l'époque, point de sites de rencontre mais des tchats et msn, évidemment.

    Et quelques années après, les sites faisaient leur apparition mais restaient confidentiels et "mal vus".

    Je ne regrette pas cette époque car, même si j'ai progressé grâce à elle, ses limites étaient vite atteintes et une frustration était bien là.

    l'Internet actuel est aussi bien libertaire que liberticide, pour être honnête.

    Mais quasiment sans limite de puissance.

  •  - Par mildis

    Premier ordinateur, premier modem. Un USR 14.4 interne.
    Et le premier abonnement internet : Compuserve.
    Sur Compuserve (CIS pour les intimes) on trouvait de tout sous la forme de forum. Ceux que j'ai le plus écumés étaient le forum midi et celui du support TurtleBeach (un fabriquant de carte son).

    Jusqu'à ce que l'industrie musicale gagne et que le forum midi interdise l'échange de midi file, ces morceaux de quelques kilooctets qui, joués sur l'ordinateur de mr tout-le-monde, n'atteignaient pas la qualité d'un Bontempi. Il fallait être équipé de matériels à plusieurs milliers de francs pour que le midi "sonne". Mais déjà à l'époque, les majors étaient sur le chemin de la guerre.

    Être sur le net en 1994, c'est pouvoir accéder à du contenu que tout le monde ne voulait pas partager. Et donc de faire de vous des pedo-nazis en puissance, immoraux et anarchistes.
    Oui, tout ça d'un coup.

  •  - Par Anonyme  via rue89

    Modem 56k

    www.youtube.com
    Ah, que de souvenirs avec ce son magique! On est nostalgique!

    Les souvenirs de nos premières connexions internet de la génération 90'

  •  - Par Anonyme

    Rhâââââââââ ! le bip-bip du modem de location "Wanadoo" en 1998-1999...
    J'ai commencé à chatter sur des forums de graffiti, donc dans un autre gouffre internet que celui du hacking mais assez proche dans l'état d'esprit.
    Ekosystem.org et autres Aero.fr étaient nos T.A.Z ( Zone autonome temporaire ) à nous, jeunes writers encore mineurs et insouciants.
    Très vite, je me suis intéréssé à Napster puis KazaA avant de perdre les pédales avec eMule !
    Nous pouvions encore assez ouvertement télécharger de la musique et la revendre sur des CD gravés au camarades de classe pas encore connectés (à peine 1 million "d'internautes" à cette époque).
    Oui, nous avons bien bicravé des sons, puis des programmes, puis des films dans le passé. Il y avait un vrai marché dans les cours de collèges & lycées, la bonne époque !
    Puis les médias se sont emparés du phénomène et ont commencés à envoyer du "pédo-nazis" dans tous les sens, à tirer sur les nerds, les geeks, les pirates, les criminels virtuels...
    Puis ce fût au tour des politiciens complètement à la ramasse (oui, pire qu'aujourd'hui) installant le climat de peur que l'ont connait, utilisant donc le 11 septembre 2001 pour justifier leurs mesures répressives de dingues sur les internets.
    Je suis bien content d'avoir connu cette époque, post 911 ou personne ne songeaient vraiment à devenir cyber-activiste (sauf pour jouer, ou pour utiliser ses connaissances à des fins "personnelles") .
    Maintenant, c'est quand même rigolo de se retrouver à distribuer des modems aux rebelles pour leur assurer une connexion de base en cas de conflits, de retourner chatter sur IRC et de se replonger dans le code pour ne pas subir le pouvoir des tyrans de ce monde.

    Sayf. cc

  •  - Par Anonyme  via rue89

    J'ai découvert internet en 1993. J'étais jeune thésard, dans un labo de sciences sociales, et c'est un chercheur en paléontologie qui m'avait montré les possibilités du truc, autre que l'email. J'ai téléchargé un mosaïc sur le seul post du labo qui était équipé d'un modem 14,4k. Très vite, j'ai voulu convaincre mes collègues de l'intérêt de la chose, et j'ai poussé pour équiper le labo. En 1994, j'ai fait acheter des centaines de mètres de cable ethernet, un routeur, des prises RJ45, et j'ai pris le parti d'installer moi-même le réseau dans tous les bureaux du labo. Je m'étais connecté sur un sous-réseau, un ancêtre du peer-to-peer, les réseaux Hotline. Dans des serveurs distants, à Toulouse, à Bordeaux, à Paris, des ingénieurs déposaient des modes d'emploi, des tutoriels, et répondaient aux questions via un chat. J'ai appris à configurer physiquement le réseau, à flasher les modems et optimiser les serveurs, puis, plus tard, à hacker des matériels. Ce partage du savoir me fascinait. Au-delà du partage, l'idée de mettre en ligne les modes d'emplois des matériels, des cours de programmation, des tutoriels, ouvrait des perspectives incroyables pour le jeune chercheur que j'étais. Internet était à la fois un lieu de conservation d'une mémoire, et de transmission de savoir. Ce n'était que le début. Personne ne pensait encore à dévoyer ces possibilités de partage. Qu'un gros porc puisse aujourd'hui devenir millionnaire avec mégamachin me débecte, pour tout dire.
    Il n'y avait pas de pédonazis, personne dans le monde politique ne s'intéressait à ce truc fumeux d'internet, les hiérarchies scientifiques françaises n'y comprenaient rien.
    Bref; c'était le bonheur.

  •  - Par Anonyme

    Je me souviens de cette époque avec nostalgie, où il fallait attendre plusieurs minutes avant que la connexion RTC accroche, la douce mélodie métallique du modem 56K puis cette icône qui passe au vert, "connecté". Un léger pic d'adrénaline les premières fois : vite, il ne faut pas traîner, les minutes sont comptées !

  •  - Par Anonyme  via rue89

    A une époque où le téléphone portable tenait difficilement dans une main, où un slogan, "Connecting People", ne faisait pas encore figure de prophétie... mes premiers émois virtuels : le tchat de Voila, eden accessible à condition de patienter en écoutant la douce mélodie d'un modem 56k. La découverte d'un monde immense s'ouvrant sous mes pieds, l'ancêtre fossilisé de Facebook quoi !

  •  - Par Anonyme

    Des pixels gros comme des briques, 30 secondes pour charger une image : que de bonheur et de frustrations liés à la découverte de ce nouveau terrain de jeu ! Un petit coup de nostalgie avec le site Space Jam, inchangé depuis l'ère 1.0...

  •  - Par Anonyme  via rue89

    "TUTUTU-TUTUTU.TUUUUUUUUUUUUU.TUUUUUUUUU. Connexion établie !" Et ça, ça n'a pas de prix :-)

Chargement...