Recherche : #voila

  •  - Par 
  •  - Par Anonyme

    La première fois que j'ai entendu parler d'Internet c'était en 1997 par une amie qui se connectait avec son père la nuit pour payer moins cher. La première fois que j'y ai touché c'était en 2001 via ma console Sega Dreamcast et son modem 56K. Facturation à la minute, première adresse mail sur Voila, j'utilisais essentiellement le net pour m'acheter des mangas d'occasion sur Priceminister et des DVD Zone 1 sur Amazon. Dés 2002, j'avais un ordinateur portable, nettement plus commode à utiliser. Je découvrais alors les joies des forums, car les chan IRC vivaient alors leurs dernières heures, et des achats sur Ebay qui venait de racheter le célèbre site IBazar dont Simone faisait la pub à longueur de journée à la télévision.

    Autant j'ai aimé passionnément ce net 1.0 conçu par des passionnés pour des passionnés, où la fanpage était reine et la pub marginale. Autant, je m'abstiendrai de tout commentaire sur le net 2.0 que nous subissons actuellement car je risquerai d'être méchante... ;)

  •  - Par Anonyme

    Rhâââââââââ ! le bip-bip du modem de location "Wanadoo" en 1998-1999...
    J'ai commencé à chatter sur des forums de graffiti, donc dans un autre gouffre internet que celui du hacking mais assez proche dans l'état d'esprit.
    Ekosystem.org et autres Aero.fr étaient nos T.A.Z ( Zone autonome temporaire ) à nous, jeunes writers encore mineurs et insouciants.
    Très vite, je me suis intéréssé à Napster puis KazaA avant de perdre les pédales avec eMule !
    Nous pouvions encore assez ouvertement télécharger de la musique et la revendre sur des CD gravés au camarades de classe pas encore connectés (à peine 1 million "d'internautes" à cette époque).
    Oui, nous avons bien bicravé des sons, puis des programmes, puis des films dans le passé. Il y avait un vrai marché dans les cours de collèges & lycées, la bonne époque !
    Puis les médias se sont emparés du phénomène et ont commencés à envoyer du "pédo-nazis" dans tous les sens, à tirer sur les nerds, les geeks, les pirates, les criminels virtuels...
    Puis ce fût au tour des politiciens complètement à la ramasse (oui, pire qu'aujourd'hui) installant le climat de peur que l'ont connait, utilisant donc le 11 septembre 2001 pour justifier leurs mesures répressives de dingues sur les internets.
    Je suis bien content d'avoir connu cette époque, post 911 ou personne ne songeaient vraiment à devenir cyber-activiste (sauf pour jouer, ou pour utiliser ses connaissances à des fins "personnelles") .
    Maintenant, c'est quand même rigolo de se retrouver à distribuer des modems aux rebelles pour leur assurer une connexion de base en cas de conflits, de retourner chatter sur IRC et de se replonger dans le code pour ne pas subir le pouvoir des tyrans de ce monde.

    Sayf. cc

  •  - Par Anonyme  via rue89

    A une époque où le téléphone portable tenait difficilement dans une main, où un slogan, "Connecting People", ne faisait pas encore figure de prophétie... mes premiers émois virtuels : le tchat de Voila, eden accessible à condition de patienter en écoutant la douce mélodie d'un modem 56k. La découverte d'un monde immense s'ouvrant sous mes pieds, l'ancêtre fossilisé de Facebook quoi !

Chargement...