Recherche : #web

  •  - Par 
  • La Wayback Machine (machine à remonter le temps) d'archive.org n'est pas la seule à archiver le web. Et si les premiers sites web datent de 1991, les premières initiatives visant à l'archiver datent de 1995.

  •  - Par Anonyme

    j'ai rejoins inter-nette en 2009 .
    irl j'étai très timide mais ma connexion avec le monde allai me changer
    j'ai d’abord utiliser inter-nette pour m'informer et communiquer.
    je passai donc beaucoup de temps sur msn. car il se trouvais que d'avoir un écran en face de mois au lieux d'une personne me rendait moins timide que de parler directement une personne, ou de l'avoir au téléphone!
    Mais cela ne m’empêchai pas de réfléchir avent de poster un message!
    en 2010 j'ai rejoint les jeux en réseaux ou je me fessait discret je me contentai de suivre les autres puis au fur a mesure j'ai su imposer ma façon de voir m'es idée, je suis entrer en conflit avec d'autre joueur on a debater parfois de façons violente, mais a la fin on a toujours su ou presque se réconcilier et avouer nos tords !
    c'est alors que j'ai compris que j’avais le droit de penser autre choses que les gens qui m'entoure des autre et que j’avais le droit de m'exprimer !
    irl j'ai commencer a affirmer mes idée et a tenir tête a ceux qui les trouvaient stupide!
    dans le même temps je me suis inscris sur twiter et facebook et ou j'afirmai encore plus mes idées peut importe que personne ne clic sur j'aime, je ne suis pas née pour êtres aimer de tous je suis née
    pour être qui je suis et je que je serait!
    et qui je serai ne me sera surement pas celui que la société veux que je soit mais qui je veux être!

  • En 1969-1970 je travaillais aux Etats Unis à l'UCLA comme assistant de recherche dans l’équipe qui a mis en place le réseau Arpanet, le NWG (Network Working Group). J'étais le seul européen de la bande.
    Un projet utopique, animé par des universitaires, sans participation industrielle, prenait corps. Nous avions plus ou moins conscience de participer à l'émergence d'un projet riche en promesses. Aucun n'aurait pourtant osé imaginer l'avenir de l'Internet. Les ingrédients du succès étaient déjà dans l'embryon du réseau ARPA né de la rencontre de visions, d'objectifs et de personnalités divers, voire contradictoires : militaire, universitaire ou libertaire.
    L'hiver 1969-1970 fut aussi celui de la contestation dans les universités américaines : une sorte de Mai 68 sur fond de guerre du Vietnam de plus en plus mal supportée par les étudiants, et de révolte des minorités ethniques.
    La philosophie qu'ils ont inoculée au réseau à travers ses spécifications était fondée sur
    l'indépendance, la liberté, la transparence, le partage et le pragmatisme.
    A travers maints rebondissements, du réseau de l'ARPA (le nom d'Arpanet n'apparaît qu'en
    1972) au "Web 3.0", l'Internet s'est depuis imposé comme un outil incontournable du monde d'aujourd'hui et de demain.
    L'internet d'aujourd'hui, en particulier l'internet non-marchand est toujours profondément marqué par les principes qui ont présidé à sa conception.

  • On confond souvent Internet (le « réseau des réseaux ») avec le Web : le second est compris dans le premier. Internet, c’est tout un tas de choses différentes :
    la navigation sur le Web ;
    les e-mails ;
    la VoIP (Skype)...

    Internet c’est le réseau, le Web n’est qu’un usage de ce réseau, apparu ultérieurement. Il n’y a pas de date de création d’Internet. Personne n’a jamais appuyé sur un bouton pour un lancement en fanfare. C’est un patchwork d’innovations disparates, qui se sont peu à peu assemblées pour former Internet, puis le Web. On pourrait citer les mots de Vinton Cerf et Robert Kahn (les inventeurs du protocole TCP/IP) :

    « Aucune personne, ni même un petit groupe d’individus n’a réellement inventé Internet. C’est le résultats de nombreuses années de collaborations entre des universitaires et des personnes du gouvernement. »

  • Le "Musée de l’informatique et de la société Numérique", lancé en 2012, est "un site collaboratif et participatif"...

    Vous êtes en effet invités à y faire part de vos propositions et contributions pour rêver, imaginer et construire la « maison des muses numériques », la « cité des humanités numériques » ou le « musinfo » (sic), en mode : "Participez en rejoignant le projet. À vos claviers…"

    Problème : au-delà des actes du colloque « Vers un Musée de l’Informatique et de la Société Numérique en France« (https://project.inria.fr/minf/colloqueactes/), je n'ai pas trouvé de formulaire ni d'espace censé nous permettre d'y contribuer...

    En attendant l'"Under construction", comme on l'indiquait, dans les 90's... l'initiative, et les actes du colloque et ds séminaires, méritent d'être creuser.

  • Archive.org, qui s'est donné pour mission d'archiver le web, est une véritable mine d'or : certes (hélas), on n'y retrouve pas tout, ce pour quoi les "webarchivists" ont entrepris de recenser les autres initiatives visant à archiver tout ou partie du web. A creuser...

  •  - Par Anonyme

    Voici une capture d'écran prise sur une NeXTstation telle que celle qu'avait Tim Berners-Lee lorsqu'il a inventé le Web au CERN. Vous pourrez remarquer le menu "Edit". Et oui ! le protocole HTTP est muni d'une méthode PUT qui permet de mettre à jour une ressource Web. Le Web 2.0 existe donc depuis 1996 ;-)

  • David Dufresne (aka @davduf https://twitter.com/@davduf) se souvient du temps où les pionniers du Net étaient assimilés à des pédophiles, et à des nazis, puis à des pédonazis. Nostalgie, quand tu nous tiens...

  • Cassetteboy - The Web for Beginners

    www.youtube.com
    Follow us twits: http://twitter.com/cassetteboy Something a bit different this time, not least because for once it's totally legit. Find out more about the competition here: http://www.bbc.co.uk/digitalrevolution/competition.shtml

    C'est pourtant pas compliqué : l'Internet, ça n'existe pas, et d'ailleurs le web, c'est pour les gays. C'est pas moi qui le dit, mais des pionniers des internets, dans "Le web pour les nuls" :

Chargement...